L’Europe investit dans le développement économique des PME de la filière marine

Bas de pages / Cartes France / Nuage de tags 2009 Bas de pages / Cartes France / Nuage de tags FEDER Bas de pages / Cartes France / Nuage de tags 1 509 750 € Bas de pages / Cartes France / Nuage de tags CTE - Interreg - Espace Atlantique

Investissement dans le développement économique des PME de la filière marine

Thématique(s) : Agriculture et pêche ; Aides aux entreprises ; Coopération ; Développement durable et environnement
Bénéficiaire : Université de Bretagne Occidentale

CTE - Interreg - Espace Atlantique


Sur la façade atlantique, les acteurs de la filière marine sont dispersés, tandis que d’autres régions dans le monde (Canada, Asie, Norvège) sont déjà prêtes à conquérir des marchés en émergence. BIOTECMAR a été conçu pour « fédérer les acteurs des régions atlantiques et pour valoriser la biomasse marine ». En complète adéquation avec cette volonté de compétitivité, le Fonds européen de développement régional (FEDER) a apporté son soutien à la réalisation de ce projet. Cette initiative a pour objectif d’aider les PME situées dans la zone atlantique à s’approprier les techniques offertes par les biotechnologies modernes et de contribuer ainsi à la diversification des activités résultant de l’exploitation de la biomasse marine dans le cadre de la gestion durable des ressources naturelles de la mer.

Soutenir la compétitivité d’une filière intégrée

La situation étant semblable en Irlande, France, Espagne, au Portugal et Royaume-Uni, le réseau constitué de chercheurs et de conseillers d’entreprises des cinq pays a travaillé sur la conception de stratégies communes afin de soutenir de manière efficace la filière. Le réseau BIOTECMAR intervient en faveur du développement d’une filière intégrée utilisant les produits et coproduits marins issus de la pêche, de l’aquaculture, de l’algoculture et de l’agroalimentaire pour la production d’ingrédients à valeur ajoutée destinés à l’alimentation, la nutrition animale et humaine, la cosmétique et la santé (antioxydants, antistress, anti-hypertensif, collagène, pigment, etc.). Cette démarche doit permettre d’orienter la valorisation des coproduits marins vers des produits à plus forte valeur ajoutée, plutôt que de les considérer comme des déchets de faible intérêt.

BIOTECMAR, c’est un réseau et des actions concrètes

Le projet a nécessité de créer un réseau atlantique en développant les relations entre les scientifiques, les producteurs, les transformateurs et les utilisateurs de ressources marines. Ce réseau a été constitué avec les partenaires d’un projet précédant : VALBIOMAR. Ensemble, ils ont engagés des actions d’information et de formation des PME sur le potentiel des ressources marines,
les processus de transformation, les activités biologiques d’intérêt, les questions de traçabilité, les aspects législatifs et les tendances des marchés via l’organisation de séminaires, formations, ateliers pratiques, conférences, rendez-vous, etc. Au final, les industries et PME de l’Ouest Atlantique ont pu s’approprier les techniques offertes par les biotechnologies pour renforcer leur compétitivité.

Informations complémentaires

  • Durée : 2 ans
  • Coût total : 2 322 692 €

Témoignage

Fabienne GUERARD
Coordinatrice du projet BIOTECMAR, Université de Bretagne Occidentale

Grâce au Fonds européen de développement régional (FEDER), les petites ou moyennes entreprises de la façade atlantique, qui n’en n’ont pas toujours le réflexe, ont ainsi la possibilité de se rapprocher des laboratoires de recherche

Fabienne GUERARD - Coordinatrice du projet BIOTECMAR, Université de Bretagne Occidentale

Le projet BIOTECMAR vise à renforcer le transfert technologique des centres de recherche vers les entreprises afin que la valorisation biotechnologique des biomasses marines puisse rapidement conduire à la mise sur le marché de nouveaux ingrédients et molécules fonctionnelles. Grâce au Fonds européen de développement régional (FEDER), les petites ou moyennes entreprises de la façade atlantique, qui n’en n’ont pas toujours le réflexe, ont ainsi la possibilité de se rapprocher des laboratoires de recherche, et de bénéficier d’un transfert de compétences.

  • Chiffres clés
  • 1 chef de file français et 11 partenaires