Lutte contre les algues envahissantes dans les zones lagunaires du Sud-Ouest de l'Europe

Bas de pages / Cartes France / Nuage de tags 2009 Bas de pages / Cartes France / Nuage de tags FEDER Bas de pages / Cartes France / Nuage de tags 812 788 € Bas de pages / Cartes France / Nuage de tags CTE - Interreg - SUDOE

Lutte contre les algues envahissantes dans les zones lagunaires du Sud-Ouest de l'Europe

Thématique(s) : Développement durable et environnement ; Espaces naturels à enjeux 
Bénéficiaire : Conseil général de l’Hérault

CTE - Interreg - SUDOE


Le sud-ouest de l’Europe constitue l’espace de coopération Interreg SUDOE. Dans cet espace, les zones lagunaires sont des milieux riches en biodiversité et représentent une ressource économique locale importante, qu’il faut préserver des agressions, telles que la prolifération d’algues envahissantes. Dans le cadre de l’amélioration de la protection et de la conservation durable de l’environnement et du milieu naturel du SUDOE, le projet ECOLAGUNES propose de travailler sur la problématique environnementale des algues envahissantes, afin de veiller à leur limitation dans le milieu naturel. Les impacts de cette élimination sur la qualité du milieu et sur la biodiversité seront étudiés. Un autre objectif d’ECO-LAGUNES est de démontrer que la gestion environnementale des milieux aquatiques des marais peut garantir le développement d’une activité économique durable, en préservant la biodiversité.

Analyse biochimique des algues envahissantes

Une première phase du projet ECO-LAGUNES se concentre sur l’étude de l’algue envahissante Alexandrium catenella, dont la propagation peut mettre en danger l’activité économique des zones lagunaires de SUDOE. Des prélèvements d’échantillons dans tous les lieux d’étude identifiés seront ainsi suivis d’analyses biochimiques détaillées, pour obtenir des données supplémentaires sur les modes de croissance de cette algue. Grâce à cette analyse, les partenaires pourront démontrer si les zones lagunaires peuvent elles-mêmes produire des composants capables d’inhiber la croissance de l’algue envahissante citée.

Développement de méthodes de gestion environnementales communes

La collaboration étroite entre les différents bénéficiaires (collectivités, secteurs socioprofessionnels, scientifiques) permet ainsi le développement de méthodes de gestion environnementales communes durant le projet. Des procédés communs de suivi du développement de la flore marine seront élaborés, et un modèle de collecte d’espèces envahissantes sera établi, en collaboration avec les gestionnaires locaux. Des groupes de travail seront constitués pour élaborer des protocoles d’évaluation de la densité de la flore marine, dans les zones étudiées, ainsi qu’un système d’alerte à long terme. Tout cela permettra d’améliorer la prévention de la prolifération des algues envahissantes, et de favoriser le développement de la flore marine et de ses espèces associées. Grâce au soutien financier du Fonds européen de développement régional (FEDER), le projet contribuera ainsi à la restauration de la biodiversité, à l’équilibre biologique et à la productivité dans les zones aquicoles étudiées.

Informations complémentaires

  • Durée : 2 ans
  • Coût total : 1 083 717 €

Témoignage

Monique PETARD
Vice-présidente du Conseil général de l’Hérault

La valeur ajoutée du projet ECO-LAGUNES, cofinancé par le Fonds européen de développement régional (FEDER), consiste en la capacité d’unir les acteurs locaux, les représentants politiques, les chercheurs et les scientifiques.

Monique PETARD - Vice-présidente du Conseil général de l’Hérault

La valeur ajoutée du projet ECO-LAGUNES, cofinancé par le Fonds européen de développement régional (FEDER), consiste en la capacité d’unir les acteurs locaux, les représentants politiques, les chercheurs et les scientifiques, de sorte que cette capacité de collaboration permette d’obtenir des solutions très concrètes. Il a été vérifié que l’existence d’une certaine flore marine de la zone (les herbiers de zostères) engendre dans de bonnes conditions la réduction d’espèces envahissantes, ou provoque même l’inexistence de celles-ci. C’est pour cette raison qu’il est nécessaire de déterminer les types de composés que produisent ces herbiers, de façon à pouvoir inhiber la prolifération des espèces envahissantes.

  • Chiffres clés
    • 38 stratégies conjointes de gestion de l’environnement
    • 7 partenaires dans 3 pays impliqués : France, Espagne et Portugal