Prévenir et anticiper le changement climatique dans l'arc alpin

Bas de pages / Cartes France / Nuage de tags 2008 Bas de pages / Cartes France / Nuage de tags FEDER Bas de pages / Cartes France / Nuage de tags 2 310 202 € Bas de pages / Cartes France / Nuage de tags CTE - Interreg - Espace Alpin

Prévenir et anticiper le changement climatique dans l'arc alpin

Thématique(s) : Développement durable et environnement ; Prévention des risques
Bénéficiaire : Pôle grenoblois d’études et de recherche pour la prévention des risques naturels

CTE - Interreg - Espace Alpin


L’Interreg Espace alpin concerne un ensemble géographique concerné par les problématiques alpines : l’Autriche, la Slovénie, le Liechtenstein, la Suisse et certaines régions allemandes, françaises et italiennes. Le changement climatique affecte fortement les Alpes et ses impacts dans différents secteurs se font déjà sentir ou sont attendus. Il importe de mieux les connaître, si possible de les anticiper, et de concevoir des stratégies d’adaptation appropriées. C’est tout l’objet du projet Adaptalp.

Poursuivre la coopération interrégionale sur l’arc Alpin

Pour étudier les effets du changement climatique dans les Alpes, la coopération interrégionale transnationale est fondamentale. Un premier projet stratégique InterregIVB Espace alpin « ClimChAlp », d’avril 2006 à mars 2008, avait permis de réaliser un diagnostic approfondi des connaissances et des scénarios futurs pour les Alpes, avec une attention particulière pour les risques naturels, ainsi que le domaine socio-économique. Vingt-et-un partenaires alpins étaient alors associés.

Le projet AdaptAlp en cours prolonge cette étude jusqu’en 2011. Il s’inscrit dans le prolongement logique du projet ClimChAlp. Il a pour but d’évaluer les impacts présents et futurs du changement climatique sur l’arc alpin, en particulier sur les risques naturels, ainsi que de mener une réflexion commune sur les stratégies d’adaptation et de prévention à mettre en place.

Focus sur les études menées sur les rivières alpines

L’unité Hydrologie Hydraulique de l’Institut de recherche en sciences et technologies pour l’environnemen (Cemagref) Lyon est investie dans le groupe de travail n°4 (WP4) et plus particulièrement dans la recherche de modifications attribuables au changement climatique dans les régimes hydrologiques des rivières alpines. L’étude a porté sur 177 longues séries de débit journalier, afin de couvrir l’ensemble de l’arc alpin : France, Italie, Suisse, Allemagne, Autriche, Slovénie. Un large spectre de comportements hydrologiques typiques des régions de montagne a pu être traité.

Les résultats montrent à l’échelle des Alpes des changements significatifs pour les étiages hivernaux (moment où les cours d’eau atteignent leur période de basses eaux) qui tendent à être moins importants. Les crues nivales (liées à la fonte des neiges) présentent des changements de saisonnalité marqués : fonte plus précoce et de durée allongée. Cependant aucune évolution nette dans leur intensité n’a été détectée à l’échelle globale.

Informations complémentaires

  • Durée : 3 ans
  • Coût total : 2 870 635 €

Témoignage

Michel LANG
Hydrologue à l’Institut de recherche en sciences et technologies pour l’environnement (Cemagref) Lyon

La contribution importante du Fonds européen de développement régional (FEDER) dans le financement du projet AdaptAlp a rendu possible ce type d’étude transnationale

Michel LANG - Hydrologue à l’Institut de recherche en sciences et technologies pour l’environnement (Cemagref) Lyon

La contribution importante du Fonds européen de développement régional (FEDER) dans le financement du projet AdaptAlp a rendu possible ce type d’étude transnationale, qui permet de traiter le problème de l’adaptation au changement climatique à une échelle spatiale pertinente. Le savoir-faire généré par Adaptalp sera synthétisé et intégré dans la pratique par des autorités publiques régionales. Des recommandations seront publiées à destination des décideurs locaux et des instances en charge des politiques publiques.

  • Chiffres clés
  • 15 organismes de recherche publics et privés, dans 6 pays, autour de 7 groupes de travail