Promouvoir l'utilisation durable des ressources marines de la Manche

Bas de pages / Cartes France / Nuage de tags 2009 Bas de pages / Cartes France / Nuage de tags FEDER Bas de pages / Cartes France / Nuage de tags 877 000 € Bas de pages / Cartes France / Nuage de tags CTE - Interreg - Manche

Promouvoir l'utilisation durable des ressources marines de la Manche

Thématique(s) : Coopération ; Développement durable et environnement ; Recherche et Innovation
Bénéficiaire : Université de Caen Basse-Normandie

CTE - Interreg - Manche


Le projet « Céphalopodes recrutement et suivi des habitats des pré-recrues de Manche » (CRESH) propose d’étudier l’habitat naturel des zones de ponte des seiches et des calmars de Manche, ainsi que le développement des juvéniles. Ces ressources sont partagées et exploitées aussi bien par les pêcheurs anglais que français. L’objet de ce projet consiste à comprendre quels fonds marins sont essentiels au renouvellement de ces ressources.

Vers une utilisation durable des ressources marines de la Manche

Le projet CRESH, cofinancé par le Fonds européen de développement régional (FEDER), propose d’approfondir les connaissances sur l’habitat naturel des seiches et des calmars de Manche, espèces à courte durée de vie. Leur abondance dépend de l’arrivée de juvéniles qui est sensible aux fluctuations environnementales. Lors de la ponte, les femelles fixent leurs oeufs sur le fond et parfois sur les casiers des pêcheurs. L’étude porte notamment sur les zones de ponte et le suivi des juvéniles. Ainsi, dans le cas des seiches, le projet permet l’observation des lieux de reproduction qui existent aussi bien sur les côtes anglaises que françaises. Il met également en oeuvre un ensemble d’outils scientifiques pour tenter d’évaluer la contribution des différents secteurs à l’arrivée de juvéniles au stade  xploitable. Ces nouvelles données permettront de proposer des mesures de protection pour parvenir à une utilisation durable des ressources marines de la Manche.

Plus-value transfrontalière du projet

Côté anglais et français, des partenaires universitaires, des instituts de pêche, et des représentants des professionnels ont participé à la réalisation du projet. Les nouvelles données obtenues contribuent à une meilleure connaissance de l’habitat des seiches et des calmars et fourniront ainsi d’autres critères utiles à l’ensemble des acteurs impliqués, tels que les chercheurs et les pêcheurs. De cette façon, les doctorants pourront utiliser les données partagées sur les différents sites répartis en France et en Angleterre, mais également profiter des savoir-faire de l’ensemble des partenaires. De plus, l’implication dans le projet des organisations de pêcheurs, qui représentent une partie essentielle de cet écosystème, permettra d’accroître la coopération avec ceux-ci.

Informations complémentaires

  • Durée : 3 ans
  • Coût total : 1 800 000 €

Témoignage

Professeur Jean-Paul ROBIN
UMR-IFREMER Physiologie et Ecophysiologie des Mollusques Marins, Institut de Biologie Fondamentale et Appliquée (IBFA)

Le programme Interreg IV France-Angleterre, financé par le Fonds européen de développement régional (FEDER) nous a semblé un cadre adapté pour continuer nos recherches.

Professeur Jean-Paul ROBIN - UMR-IFREMER Physiologie et Ecophysiologie des Mollusques Marins, Institut de Biologie Fondamentale et Appliquée (IBFA)

Le programme Interreg IV France-Angleterre, financé par le Fonds européen de développement régional (FEDER) nous a semblé un cadre adapté pour continuer nos recherches sur les céphalopèdes de Manche en partenariat avec d’autres universitaires et instituts de recherche mais aussi avec des représentants de la pêche professionnelle.

  • Chiffres clés
    • 8 partenaires dans deux pays impliqués : France et Royaume-Uni
    • 3 doctorants, dont deux à Caen et le troisième en Angleterre, ont été financés dans le cadre de ce projet