Publié le

17/09/2014
Illustration de l'actualité
Thématique(s) : 

L'Hôpital transfrontalier de Puigcerda ouvre ses portes en septembre à la frontière franco-espagnole. Il s'agit d'un projet pionnier en Europe puisque c'est la première fois qu'un hôpital est géré dès sa construction de manière transfrontalière.

Le premier hôpital transfrontalier d'Europe s'apprête à ouvrir ses portes aux patients espagnols et français, à Puigcerdà (Espagne), ville catalane de 10?000 habitants située sur le plateau montagneux de la Cerdagne, au coeur des Pyrénées.

Inauguré ce vendredi, l'hôpital transfrontalier de Cerdagne devrait accueillir ses premiers patients « dans le courant du mois de septembre », a annoncé l'agence régionale de santé (ARS) Languedoc-Roussillon.

Situé à deux kilomètres de la frontière avec les Pyrénées-Orientales et à 15 kilomètres de la très fréquentée station de ski de Font-Romeu, l'établissement a une capacité de 64 lits. Il a pour vocation de fournir des soins médicaux aux 33 000 habitants du cru. Mais la région peut connaître des pointes d'affluence de plus de 150 000 touristes.


Équipe médicale franco-espagnole

Originalité de l'hôpital, les équipes seront de cultures française et catalane, afin de s'adresser dans leur langue aux patients des deux pays. Les médecins pourront pratiquer des opérations en urgence et des accouchements. L'établissement est également doté de six salles d'imagerie médicale, avec IRM et scanner.

L'ouverture de l'hôpital transfrontalier était initialement prévue pour 2007 puis annoncée pour 2012. Les travaux n'ont réellement débuté qu'en 2009.

L'établissement est régi par le cadre juridique du Groupement européen de coopération territoriale-Hôpital de Cerdagne (GECT-HC). La directrice de l'ARS, le Dr Martine Aoustin, en est la présidente et le ministre de la Santé de la Généralité de Catalogne, le Dr Boi Ruiz, le vice-président.

La construction de l'établissement (31 millions d'euros) a été financée à 60 % par l'Europe. Le reste du budget est assuré par la France et l'Espagne, respectivement à hauteur de 40 % et 60 %.

L'établissement est pourvu d'un réseau informatique qui, à terme, devrait permettre le partage de données de santé avec les hôpitaux de Perpignan et Thuir, deux cliniques (Saint-Pierre et la Fondation hôpital privé de Puigcerdà), deux groupements de coopération sanitaire (GCS) spécialisés en pédiatrie, gériatrie et réadaptation fonctionnelle et la vingtaine de médecins généralistes libéraux du territoire.

Source : Le quotidien du Médecin

La source : Européenne