Publié le

27/03/2020
Photo de Nicolas plain

Depuis le 1er janvier 2020, la France assure la présidence de la stratégie de l'Union européenne pour la région alpine (Suera - EUSALP). La France a fait de la lutte contre le changement climatique l'axe fort de cette présidence. Elle a choisi Nicolas Plain, explorateur et scientifique, comme ambassadeur de cette présidence.

3 questions à Nicolas Plain :

Quels sont les enjeux climatiques auxquels font face les Alpes ?

Nicolas Plain : Aujourd’hui, les Alpes sont aux avant-postes du dérèglement climatique avec la fonte des glaciers, les écroulements, les pertes de biodiversité etc. On observe déjà un réchauffement deux fois plus important dans cette zone que celui observé ailleurs en Europe avec des conséquences directes sur tous les milieux.
Que ce soit pour les milieux naturels mais aussi pour les acteurs socio-économiques qui sont obligés de s’adapter et d’inventer de nouveaux modèles de développement pour faire face par exemple à la raréfaction de la neige en moyenne montagne. Ces nouveaux modèles permettront de pérenniser l’économie tout en étant plus résilients aux effets du dérèglement climatique, d’adopter des modes de vie plus durables avec moins d’impact négatif sur notre environnement mais plus d’impact positif sur notre santé en recréant aussi du lien social.

En quoi la stratégie Alpine peut être utile ?

Nicolas Plain : Dans cette démarche, des organismes comme la SUERA sont essentiels ! En effet, ils permettent d’impulser ce changement, d’ouvrir la voie et d’accompagner ces transitions en aidant les femmes et les hommes qui se mobilisent sur le terrain à créer/trouver/inventer et/ou mettre en place des solutions concrètes et réplicables adaptées aux attentes et spécificités des différentes zones géographiques. Ils ont une précieuse vue d’ensemble de ces territoires transfrontaliers.
Dans les 7 pays et les 48 régions couverts par la SUERA, on observe déjà un bouillonnement au niveau local avec un grand nombre d’initiatives qui voient le jour et des citoyens, des collectivités locales, des villes et des entreprises qui veulent agir pour accélérer cette transition écologique et sociétale ! La SUERA va alors permettre de faciliter/catalyser ces initiatives et de les faire connaître sur d’autres régions/territoires pour qu’elles puissent être répliquées facilement par TOUS les acteurs !
Grâce à un récit positif et optimiste, elle embarque avec elle le grand public et les citoyens pour faire des Alpes la première montagne durable du monde.

Pourquoi vous investissez-vous dans cette Présidence ?

Nicolas Plain : Aujourd’hui nous sommes face à l’un des plus grands défis auquel l’humanité a été confrontée : le dérèglement climatique ! Mais ce défi est aussi une magnifique opportunité pour transformer nos sociétés et les rendre plus durables, plus justes et plus respectueuses de notre environnement. Il va pousser les femmes et les hommes à sortir de la résignation pour agir sur le terrain et trouver des solutions concrètes au niveau local. C’est ce que j’ai vu lors de ma traversée des Alpes cet été avec mon parapente de Cannes à Salzbourg en Autriche ou alors lors du tournage de notre film documentaire « Il faut sauver les Alpes » !
Agir ensemble, en incluant TOUS ces acteurs, est primordial pour résoudre collectivement ce défi et accélérer cette transition ! Je me suis engagé pour être ambassadeur de la présidence française de la SUERA car je suis convaincu qu’avec son rôle de facilitateur et d’unificateur de l’ensemble des acteurs du territoire alpin, elle a réellement le pouvoir de donner un grand coup d’accélérateur à cette transition écologique et sociétale dans nos belles montagnes !

 

Nicolas Plain est un enfant des Alpes. Originaire de Grenoble, ce scientifique et documentariste de 29 ans arpente le territoire en parapente. Équipé d’un laboratoire volant, il recherche des solutions concrètes et valorise les pratiques des acteurs de terrain pour lutter contre les effets du dérèglement climatique. La présidence française lui a confié la mission d’ambassadeur de la Suera, qu’il accompagnera, tout au long de l’année 2020, pour mieux faire connaître son action auprès des citoyens.

La source : Nationale