Publié le

03/12/2015

La Commission européenne a approuvé hier un nouveau programme de coopération transfrontalière pour la période 2014-2020 entre la région ultrapériphérique française de Guyane avec le Suriname et les Etats de l'Amapá et de l'Amazonas au Brésil. Le budget total du programme atteint plus de 28 millions d'euros, dont 19 millions d'euros venant du Fonds Européen de Développement Régional (FEDER).

 

La Commission européenne a approuvé hier un nouveau programme de coopération transfrontalière pour la période 2014-2020 entre la région ultrapériphérique française de Guyane avec le Suriname et les Etats de l'Amapá et de l'Amazonas au Brésil. Le budget total du programme atteint plus de 28 millions d'euros, dont 19 millions d'euros venant du Fonds Européen de Développement Régional (FEDER).

 

 

Ce programme se concentre sur quatre priorités stratégiques dans les domaines du transport, de l'environnement, de la santé et du développement des entreprises sur le marché régional:

1. Renforcer l'offre de transport au sein de l'espace de coopération afin d'accroitre la mobilité dans cette partie de l'Amazonie, avec en particulier la mise en place d'un nouveau bac de plus grande capacité sur le fleuve Maroni pour assurer la liaison routière entre la Guyane française et le Suriname.

2. Protéger et valoriser la biodiversité et le patrimoine naturel et culturel de la région, grâce à des actions conjointes de préservation de l'environnement. Des actions pilotes destinées à la restauration de la biodiversité après les projets d'exploitation minière, ainsi que des actions spécifiques pour la protection de la faune, de la flore et des milieux dans les espaces partagés ou contigus sont prévues.

3. Répondre aux problématiques sanitaires et sociales, en continuant la coopération scientifique et sanitaire en particulier dans la lutte contre le VIH et les maladies vectorielles comme le paludisme et la dengue, le développement de la médecine à distance (télémédecine), la mise en place de projets de prévention sanitaire, de formation commune et d'échanges de personnel médical.

4. Développer les échanges économiques dans les secteurs-clés, notamment l'agroalimentaire, les énergies renouvelables, les technologies de l'information et communication, de l'écotourisme ainsi que des projets visant la meilleure connaissance réciproque des marchés et des formations conjointes destinées aux entrepreneurs.

Les résultats attendus de ces investissements sont, entre autres:

  • doubler le nombre de passagers (près de 12 000 aujourd'hui) et tripler le nombre de véhicules transitant chaque année par le bac sur le Maroni (7800 actuellement),
  • la mise en place de liaisons de bus internationales, notamment la création d'une liaison entre Cayenne et Macapa au Brésil,
  • renforcer la lutte contre la pollution sur les sites d'exploitation aurifère,
  • augmenter de façon significative les échanges commerciaux entre la Guyane et les territoires voisins.

Plus d'information:

 Source Europa !

La source : Européenne