Published on

24/07/2020
Illustration de l'actualité

Franck Toussaint, Professeurs à l’Université Savoie Mont-Blanc nous explique le projet AEROPAC financé par le programme France-Suisse.

 

Pouvez-vous nous présenter le projet AEROPAC ?

Le projet AEROPAC est un projet financé par le programme Interreg France-Suisse qui rassemble quatre partenaires. Pour la France, il y a l’IUT d’Annecy qui est rattaché à l’Université Savoie Mont-Blanc, et l’entreprise MAVIC. Côté suisse, c’est l’Ecole d’ingénieurs de Genève, HEPIA, et un partenaire qui s’appelle FLOWKIT.

L’objectif du projet est, au sens large, d’optimiser la performance aérodynamique des véhicules à faible impact énergétique. Plus spécifiquement, nous avons travaillé dans ce projet sur un vélo couché caréné. L’objectif de ce vélo est d’atteindre un record de vitesse, en l’occurrence nous nous étions fixés d’atteindre le record du monde de vitesse avec ce type d’engin.

 

Ce vélo n’a pas de pédales ?

Si, c’est un vélo couché, en position horizontale, sur lequel nous avons mis un carénage. Je rentrerai dans les aspects techniques plus tard.

Avec ce type d’engin, nous avons participé à une compétition qui a lieu dans le désert du Nevada. Nous avons une pilote, Ilona PELLETIER, 19 ans, qui a décroché le record du monde de vitesse avec une vitesse à 126,52 km/heure. Elle est ainsi devenue la femme la plus rapide au monde sur ce type d’engin. Parallèlement, nous avons un pilote qui s’appelle Fabien CANAL qui a 30 ans et qui a atteint la vitesse de 136,78 km/heure. Il est maintenant recordman du monde universitaire de vitesse avec ce type d’engin.

A quoi sert ce type d’engin ?

Ce type d’engin en tant que tel a été développé pour pouvoir aller le plus vite possible à la seule propulsion humaine. On pourrait envisager un développement de ce type d’engin pour des véhicules alternatifs aux moyens de transport actuels.
D’un point de vue technique l’objectif du projet était d’optimiser au maximum avec des approches mixtes, expérimentales et numériques. Expérimentales, c’est-à-dire de réaliser des essais en souffleries mises à disposition par notre partenaire HEPIA côté suisse, et des essais virtuels de simulations numériques avec le partenaire qui est FLOWKIT.

La dimension européenne est que chaque partenaire a apporté quelque chose dans le projet ?

Sans ce cadre européen, sans ces partenaires, nous n’aurions pas pu atteindre l’objectif que nous avons atteint aujourd’hui.

Le projet est terminé ?

Non, le projet a encore un an de vie, jusqu’en janvier-février prochain, il y a encore pas mal de petits points à améliorer sur des points très techniques.

 

 

Propos recueillis par Sandra Chaignon lors de l'événement de lancement de la Présidence française d'Eusalp à Lyon le 4 février 2020.

 

En savoir plus :
Les résultats du projet Aeropac
La stratégie de l’Union européenne pour la Région Alpine.

En 2020, la France préside la stratégie de l’Union européenne pour la région Alpine.

* Compte tenu de la situation actuelle, la conférence finale a due être annulée.

Source : Autre